À la Une

Consultez les articles par rubrique

LUTTES SOCIALES
FÉMINISME
ANTIRACISME ANTIFASCISME
>


SOLIDARITÉ MIGRANTS
ÉCOLOGIE
JEUNESSE ENSEIGNEMENT


POLITIQUE LOCALE
DÉBATS
POLITIQUE NATIONALE


INTERNATIONAL
RÉPRESSION
NPA

Krivine à Montpellier : "Dis, c'était comment Mai 68 ?"


Krivine à Montpellier : "Dis, c'était comment Mai 68 ?"
"Bon, tu vois Jupiter aujourd'hui ? A l'époque il s'appelait le Général, et il pensait qu'il tenait tout verrouillé... 
Eh bien, il a dérouillé, et pas qu'un peu... Après, on n'a pas su finir le boulot... C'est ça... pour commencer, qu'il ne faudra pas refaire..."


"Je n'aime pas les commémorations qui ressemblent souvent à des enterrements... Je suis pour garder l'esprit de 68 mais pour corriger ce qui n'a pas marché."



"Les gens sont peut-être plus anticapitalistes qu'avant mais complètement paumés avec une droite qui fait une politique d'extrême droite et une gauche qui fait une politique de droite..." Cliquer ici


 
"Il est 17h30 lorsqu'un premier pavé - le premier d'une longue série - s'envole et finit sa course dans la vitre d'un car de la Compagnie républicaine de sécurité, blessant un brigadier à la tête. Les CRS répliquent et décident de charger les étudiants qui, en réponse, érigent des barricades de fortune. La "révolution" vient de commencer."  Cliquer ici





« Si vous regardez les leaders connus de 1968, ils sont morts : soit physiquement, soit politiquement. Il y a plein d’anciens comme Cohn-Bendit et Goupil qui sont devenus macronistes. Je crois qu’ils ont tourné parce que la situation a viré, mais je crois qu’ils ont tort. » Cliquer ici

Notre "évité"



50 ans après mai 68 Cohn-Bendit ne bat plus le pavé (Jerc)
 

 ------------------------------


"Sans doute, personne n'a-t-il vraiment conscience de la puissance de la poudrière sociale qui chauffe partout dans le pays, ni de la mèche qu'ont allumée Nanterre et son Comité Vietnam, le 22 mars, attisée par le verbe de Daniel Cohn-Bendit ou celui du Toulousain Daniel Bensaïd, redescendu le 25 avril à Toulouse, où tout démarre ce jour-là, avec le rêve d'en finir avec l'autorité étouffante d'une France gaullienne (cf. La Dépêche du 25/04/2018). «Nous, les étudiants, avions l'espoir que la jonction se ferait avec les ouvriers et l'impression que les idées portées allaient coaguler», poursuit Alain Alcouffe." Cliquer ici

  
Autour d'un livre essentiel

 

 

















Nos invités

Sophie Béroud


Jean-Philippe Martin




A lire aussi


Et aussi







Quand la révolte croisa la révolution...avant de buter (sur) la réaction...
Cliquer sur les photos pour les agrandir