lundi 14 décembre 2015

Election régionale. La poussée du FN momentanément bloquée...


 ... pas la politique gouvernementale qui le fait monter !

 www.npa34.org                                             npa@npa34.org
 
Finies les élections régionales, rien n'est réglé de la situation insupportable que vivent des millions de gens comme conséquence de la politique antisociale du gouvernement. Profitant de la logique antidémocratique de la Ve République, qu'à une époque ils combattaient, les socialistes auront réussi à déjouer la déroute électorale que leur impopularité exponentielle leur promettait. Avec un art consommé de la manoeuvre politicienne, ils ont obtenu de ranger sous leur bannière, pourtant délavée par tant de compromissions et reniements, un Front de Gauche, toutes composantes confondues, emporté par la dérive d'une alliance avec un EELV restant, par-delà ses postures d'opposant, sur orbite gouvernementale. Les socialistes auront réussi également à piéger une droite dépassée par une poussée du Front National captant de larges franges de son électorat. La victoire 7 (régions) à 5 (pour le PS) de cette droite est une victoire à la Pyrrhus. Les désistements des socialistes à son profit, véritable baiser de la mort, bouclent la recomposition des frontières politiques que provoque l'affirmation du FN : celui-ci finit de faire s'effondrer les derniers marqueurs de gauche subsistant dans le PS, ce dont témoigne, entre autres, couronnant les macroneries antisociales, l'instauration de l'état d'urgence, le sécuritarisme policier ou encore la mise à l'étude de la déchéance de nationalité, ce grand totem de l'extrême droite !
 
Le grand vainqueur reste le FN qui connaît une très forte poussée le plaçant comme premier parti du pays au soir du premier tour. Sa défaite au soir du second tour n'est que partie remise car les coordonnées de sa montée en puissance se sont encore paradoxalement renforcées par cette absorption réussie par le PS, grâce à l'épouvantail de la menace fasciste (sic), de ce qui, sur sa gauche, se posait en alternative politique. Alternative portée par une force se proposant, d'une part, de neutraliser la mainmise du FN sur une partie du mécontentement populaire et, d'autre part, de remettre dans le jeu politique ces abstentionnistes qui constituent la moitié des inscrits ainsi que ceux et celles que le système électoral exclut. L'électoralisme et la lutte pour les places auront eu raison de cette prétention à être, sur la durée, cette "autre gauche" qui s'était affirmée lors de la campagne Mélenchon de 2012 : tous ceux qui étaient derrière lui, se sont retrouvés aujourd'hui sur les listes conduites par les Hollandréou régionaux. En Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, sur une liste menée par une ex-secrétaire d'Etat vallsienne !

Ce champ de ruines de la gauche dite radicale ne doit pas cependant faire oublier que le mouvement social commence à envoyer des signaux, certes encore embryonnaires, tel celui de la chemise déchirée d'Air France, qu'il pourrait se remettre en mouvement. La relance par le gouvernement, se sentant légitimé électoralement et désormais débarrassé de tout danger sur sa gauche, de son offensive antipopulaire pourrait être son erreur fatale. Mais cela ne se fera pas mécaniquement. Tous ceux et toutes celles qui restent fidèles à l'objectif d'une rupture avec les politiques d'austérité doivent trouver les voies de la convergence anticapitaliste pour qu'ainsi se créé le facteur politique permettant aux salarié-es, aux sans-emploi, aux habitants des quartiers, aux jeunes et aux femmes qui sont les premières victimes de l'offensive capitaliste, à tous les pauvres et à ceux qui vivent de violents déclassements sociaux mais aussi aux migrants, d'imposer précisément le primat du social contestataire que les manoeuvres électorales et la répression sécuritaire cherchent à paralyser.
L'objectif primordial d'annulation de l'état d'urgence mais aussi l'insertion dans les luttes écologiques radicales, dynamisées par les mobilisations antiCop21, qui sont la pointe avancée de l'opposition au gouvernement, doivent être les priorités politiques du moment avec la perspective incontournable de dégager par là "tous ensemble" l'horizon pour un autre monde, celui de la solidarité, de la justice sociale et du sauvetage de la planète, pour un autre monde que celui étriqué des froids calculs capitalistes.

....................


Nous reviendrons prochainement sur notre blog sur les élections régionales tant au plan local que national.

A lire aussi

Le communiqué national du NPA

 A retrouver en tête de la page d'accueil de ce blog ou en cliquant ici

Et aussi les liens sur les élections extraits de la Lettre d'Information (LI) du NPA 34 de cette semaine

 Election régionale en Languedoc-Roussillon : une forte poussée du FN... 8 Dec

 Et encore


 NPA 34, NPA